Le Bandeau sur les yeux forum maçonnique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-26%
Le deal à ne pas rater :
DeLonghi Détartrant écologique pour machine à café 500ml
9.90 € 13.36 €
Voir le deal

Beau texte

3 participants

Aller en bas

Beau texte Empty Beau texte

Message par Goriot Dim 21 Fév - 18:14

Le Corbeau et le Renard


Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. "
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. "
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus


                      Jean de LA FONTAINE
Goriot
Goriot
Nouveau né
Nouveau né

Messages : 29
Date d'inscription : 02/01/2021

Hilde aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Beau texte Empty Re: Beau texte

Message par danielsan Dim 21 Fév - 19:07

Beaux textes ? Pourquoi pas. Very Happy Beau texte 1585073469

Extraits de "L'utilité du beau" Victor Hugo.

Un homme a, par don de nature ou par développement d’éducation, le sentiment du Beau. Supposez-le en présence d’un chef-d’œuvre, même d’un de ces chefs-d’œuvre qui semblent inutiles, c’est-à-dire qui sont créés sans souci direct de l’humain, du juste et de l’honnête, dégagés de toute préoccupation de conscience et faits sans autre but que le Beau ; c’est une statue, c’est un tableau, c’est une symphonie, c’est un édifice, c’est un poëme. En apparence, cela ne sert à rien, à quoi bon une Vénus ? à quoi bon une flèche d’église ? à quoi bon une ode sur le printemps ou l’aurore, etc., avec ses rimes ? Mettez cet homme devant cette œuvre. Que se passe-t-il en lui ? le Beau est là. L’homme regarde, l’homme écoute ; peu à peu, il fait plus que regarder, il voit ; il fait plus qu’écouter, il entend. Le mystère de l’art commence à opérer ; toute œuvre d’art est une bouche de chaleur vitale ; l’homme se sent dilaté. La lueur de l’absolu, si prodigieusement lointaine, rayonne à travers cette chose, lueur sacrée et presque formidable à force d’être pure. L’homme s’absorbe de plus en plus dans cette œuvre ; il la trouve belle ; il la sent s’introduire en lui. Le Beau est vrai de droit. L’homme, soumis à l’action du chef-d’œuvre, palpite, et son cœur ressemble à l’oiseau qui, sous la fascination, augmente son battement d’ailes.......


........Par degrés, lentement, à mesure qu’il contemple ou à mesure qu’il lit, d’échelon en échelon, montant toujours, il assiste, stupéfait, à sa croissance intérieure ; il voit, il comprend, il accepte, il songe, il pense, il s’attendrit, il veut ; les sept marches de l’initiation ; les sept noces de la lyre auguste qui est nous-mêmes. Il ferme les yeux pour mieux voir, il médite ce qu’il a contemplé, il s’absorbe dans l’intuition, et tout à coup, net, clair, incontestable, triomphant, sans trouble, sans brume, sans nuage, au fond de son cerveau, chambre noire, l’éblouissant spectre solaire de l’idéal apparaît ; et voilà cet homme qui a un autre cœur.
danielsan
danielsan
Maitre Philosophe
Maitre Philosophe

Messages : 1602
Date d'inscription : 16/02/2016
Age : 70
Localisation : HAUTS DE FRANCE

patos, Hilde et Goriot aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Beau texte Empty Re: Beau texte

Message par Hilde Lun 22 Fév - 13:24

La haine et l'amour vus par Cynaro de Bergerac (Edmond Rostand, 1897). A une époque, j'en savais de nombreux vers, tant je trouve émouvant ce héros trop malheureux et trop fier.

"Eh bien, oui c'est mon vice.
Déplaire est mon plaisir. J'aime qu'on me haïsse.
Mon cher, si tu savais comme l'on marche mieux
Sous la pistolétade excitante des yeux !
Comme, sur les pourpoints, font d'amusantes taches
Le fiel des envieux et la bave des lâches !
Vous, la molle amitié dont vous vous entourez,
Ressemble à ces grands cols d'Italie, ajourés
Et flottants, dans lesquels votre cou s'effémine :
On y est plus à l'aise... et de moins haute mine,
Car le front n'ayant pas de maintien ni de loi,
S'abandonne à pencher dans tous les sens. Mais moi,
La Haine, chaque jour, me tuyaute et m'apprête
La fraise dont l'empois force à lever la tête;
Chaque ennemi de plus est un nouveau godron
Qui m'ajoute une gêne, et m'ajoute un rayon:
Car, pareille en tous points à la fraise espagnole,
La Haine est un carcan, mais c'est une auréole !"

[...]


Cyrano
"Baiser. Le mot est doux !
Je ne vois pas pourquoi votre lèvre ne l’ose ;
S’il la brûle déjà, que sera-ce la chose ?
Ne vous en faites pas un épouvantement :
N’avez-vous pas tantôt, presque insensiblement,
Quitté le badinage et glissé sans alarmes
Du sourire au soupir, et du soupir aux larmes !
Glissez encore un peu d’insensible façon :
Des larmes au baiser il n’y a qu’un frisson !

Roxane
Taisez-vous !

Cyrano
Un baiser, mais à tout prendre, qu’est-ce ?
Un serment fait d’un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
Un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer ;
C’est un secret qui prend la bouche pour oreille,
Un instant d’infini qui fait un bruit d’abeille,
Une communion ayant un goût de fleur,
Une façon d’un peu se respirer le cœur,
Et d’un peu se goûter, au bord des lèvres, l’âme !

Roxane
Taisez-vous !

Cyrano
Un baiser, c’est si noble, madame,
Que la reine de France, au plus heureux des lords,
En a laissé prendre un, la reine même !"


Dernière édition par Hilde le Lun 22 Fév - 17:31, édité 1 fois
Hilde
Hilde
Petit Sage
Petit Sage

Messages : 269
Date d'inscription : 30/10/2020

patos, exmo et Goriot aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Beau texte Empty Re: Beau texte

Message par danielsan Lun 22 Fév - 15:51

Superbe Hide Laughing j'aurais bien aimé avoir la réplique du nez Laughing
danielsan
danielsan
Maitre Philosophe
Maitre Philosophe

Messages : 1602
Date d'inscription : 16/02/2016
Age : 70
Localisation : HAUTS DE FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Beau texte Empty Re: Beau texte

Message par Hilde Mar 23 Fév - 16:26

Parler de beaux textes, c'est me lancer sur une pente glissante. Alors voilà deux incipits, deux débuts de romans qui m'ont marquée, notamment par l'emploi magistral qu'ils font du langage.


L'incipit de Belle du Seigneur, d'Albert Cohen (1968)

"Descendu de cheval, il allait le long des noisetiers et des églantiers, suivi des deux chevaux que le valet d’écurie tenait par les rênes, allait dans les craquements du silence, torse nu sous le soleil de midi, allait et souriait, étrange et princier, sûr d’une victoire. À deux reprises, hier et avant-hier, il avait été lâche et il n’avait pas osé. Aujourd’hui, en ce premier jour de mai, il oserait et elle l’aimerait.
Dans la forêt aux éclats dispersés de soleil, immobile forêt d’antique effroi, il allait le long des enchevêtrements, beau et non moins noble que son ancêtre Aaron, frère de Moïse, allait, soudain riant et le plus fou des fils de l’homme, riant d’insigne jeunesse et amour, soudain arrachant une fleur et la mordant, soudain dansant, haut seigneur aux longues bottes, dansant et riant au soleil aveuglant entre les branches, avec grâce dansant, suivi des deux raisonnables bêtes, d’amour et de victoire dansant tandis que ses sujets et créatures de la forêt s’affairaient irresponsablement, mignons lézards vivant leur vie sous les ombrelles feuilletées des grands champignons, mouches dorées traçant des figures géométriques, araignées surgies des touffes de bruyère rose et surveillant des charançons aux trompes préhistoriques, fourmis se tâtant réciproquement et échangeant des signes de passe puis retournant à leurs solitaires activités, pics ambulants auscultant, crapauds esseulés clamant leur nostalgie, timides grillons tintant, criantes chouettes étrangement réveillées."


Et celui de Lolita, de Vladimir Nabokov (1955).

Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta. She was Lo, plain Lo, in the morning, standing four feet ten in one sock. She was Lola in slacks. She was Dolly at school. She was Dolores on the dotted line. But in my arms she was always Lolita.
Did she have a precursor ? She did, indeed she did. In point of fact, there might have been no Lolita at all had I not loved, one summer, a certain initial girl-child. In a princedom by the sea. Oh when ? About as many years before Lolita was born as my age was that summer. You can always count on a murderer for a fancy prose style.
Ladies and gentleman of the jury, exhibit number one is what the seraphs, the misinformed, simple, noble-winged seraphs, envied. look at this tangle of thorns.


La traduction française ne vaut pas l'originale, mais je vous la mets quand même :

Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-li-ta : le bout de la langue fait trois petits bonds le long du palais pour venir, à trois, cogner contre les dents. Lo. Li. Ta.
Elle était Lo le matin, Lo tout court, un mètre quarante-huit en chaussettes, debout sur un seul pied. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l’école. Elle était Dolorès sur le pointillé des formulaires. Mais dans mes bras, c’était toujours Lolita.
Avait-elle eu des devancières ? Oui, certes oui. En vérité, il n’y aurait peut-être jamais eu de Lolita si je n’avais aimé, un certain été, une enfant initiale. « Dans un royaume auprès de la mer ». Quand cela ? Environ autant d’années avant la naissance de Lolita que j’en comptais cet été-là. Un style imagé est la marque du bon assassin.
Voici, Mesdames et Messieurs les jurés, la première pièce à conviction : cela même que convoitaient les séraphins de Poe, les séraphins ignorants, aux ailes altières et au cœur simpliste. Voyez cet entrelacs d’épines.
Hilde
Hilde
Petit Sage
Petit Sage

Messages : 269
Date d'inscription : 30/10/2020

exmo et Goriot aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Beau texte Empty Re: Beau texte

Message par danielsan Mar 23 Fév - 20:44

Magnifiques Hilde, merci ! Voilà un texte d'un livre que je possède encore "La boite à pêche" de Maurice Gennevoix. Moi qui suis pêcheur j'ai avec lui rêvé de pêches miraculeuses Laughing


Une belle route au bord du coteau, large, droite, plantée de très vieux acacias. Le soleil se levait juste au bout, dans un azur pâle et blond. Ses rais allègres, d’un jet de flèche(s), traversaient de légers nuages qu’ils exaltaient de flammes roses. Ces nuages montaient, baignés d’une fraîcheur ardente, peu à peu s’effaçaient et fondaient, se volatilisaient dans le rayonnement bleu du ciel. La naissante lumière bondissait et vibrait en trilles, comme un vol d’alouettes innombrables. Il pédalait d’un essor soutenu, et rythmait son élan d’une chanson fredonnée, toujours la même sans que jamais il l’eût choisie. La cadence en était franche et vive, et déroulait sa trame, sans malice, avec les coups de pédale(s) circulaires. […] Des silex giclaient sous ses roues, cailloux de Loire poudreux dont la tranche soudain apparue ruisselait comme d’un glacis mouillé. Sans descendre, les muscles bandés, il gravissait au flanc de la levée un raidillon couturé de ravines. Un souffle large et frais lui coulait au visage ; la vallée s’éployait, lumineuse, un infini de ciel et d’eau, vivifié(e)*de vent libre et d’allègres courants. Au pied de la levée s’arrondissait un cirque herbu, troué d’une mare où se renversaient dans le bleu des fûts dorés de peupliers. Près de la mare, accotée au talus, une cabane de pêcheurs laissait déborder à son seuil des nasses d’osier rouge (l’osier rouge est bien une espèce d’osier), des verveux qui séchaient au soleil ; des perches en faisceau(x) s’appuyaient aux planches du toit. Un peu plus loin la Loire coulait, froncée au passage du vent de moires rapides plus bleues qu’ellemême, et qui la ternissaient comme la buée d’une haleine une vitre. […] En se penchant, on voit nager au fond des gardonneaux musards, de petites brèmes pareilles à des écus d’argent ; on voit des algues mollement balancées, un peu plus loin une coquille de moule, un peu plus loin encore une tache vaguement blanchissante, un tesson de faïence tombé là on ne sait comment. […] La grève se peuple de flâneurs. Depuis la culée du pont, sur la lande, des silhouettes se suivent à la file, disparaissent un instant derrière les touffes d’osier. Il y en a de minces qui prestement sautent au bas du talus, d’autres, solides et prudentes, qui s’assoient et dévalent sur les fesses. Dès qu’elles sont sur la grève immense, elles s’apetissent toutes, se réduisent toutes à de minces formes noires dont on voit tricoter les pattes, à des fourmis processionnaires.
 Maurice GENEVOIX . La boîte à pêche. Paris : Grasset, 2005)
danielsan
danielsan
Maitre Philosophe
Maitre Philosophe

Messages : 1602
Date d'inscription : 16/02/2016
Age : 70
Localisation : HAUTS DE FRANCE

exmo, Hilde et Goriot aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Beau texte Empty Re: Beau texte

Message par danielsan Jeu 4 Mar - 20:19

William Shakespeare disait :
Je me sens toujours heureux, savez-vous pourquoi ? Parce que je n'attends rien de personne; attendre fait toujours mal. Les problèmes ne sont pas éternels, ils ont toujours une solution, la seule chose qui n'a pas de remède est la mort. Ne permettez à personne de vous insulter, de vous humilier ou de diminuer votre estime de soi. Les cris sont l'instrument des lâches, ceux qui ne pensent pas.
Nous rencontrerons toujours des gens qui nous considèrent comme coupables de leurs problèmes, et chacun aura ce qu'il mérite. Nous devons être forts et ressusciter des chutes que la vie nous impose, pour nous rappeler qu'après le sombre tunnel plein de solitude, de très bonnes choses viennent
Avant de discuter ... Respirez
Avant de parler ... Écoutez
Avant de critiquer ... Examinez-vous
Avant d'écrire .... Pensez
Avant de faire mal ... Regardez
Avant d'abandonner .... Essayez
Avant de mourir ..... LIVE !!
La meilleure relation n'est pas celle d'une personne parfaite, mais celle dans laquelle chaque individu apprend à vivre, avec les défauts de l'autre et admirant ses qualités.
Qui ne valorise pas ce qu'il a, un jour il se plaindra de l'avoir perdu et celui qui souffrira un jour recevra ce qu'il mérite.
Si vous voulez être heureux : rendez quelqu'un heureux si vous voulez recevoir : donnez un peu de vous-même, entourez-vous de bonnes personnes et soyez l'un d'entre eux.
Rappelez-vous, parfois, quand vous vous y attendez le moins, il y aura ceux qui vous feront vivre de bonnes expériences!
Ne gâches jamais ton présent pour un passé sans avenir.
Une personne forte sait comment garder sa vie en ordre. Même avec des larmes dans les yeux, il s'adapte pour dire avec un sourire : JE SUIS BON.
danielsan
danielsan
Maitre Philosophe
Maitre Philosophe

Messages : 1602
Date d'inscription : 16/02/2016
Age : 70
Localisation : HAUTS DE FRANCE

Revenir en haut Aller en bas

Beau texte Empty Re: Beau texte

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum