Le Bandeau sur les yeux forum maçonnique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Pack PlayStation : Spider-Man Miles Morales PS5 + Manette DualSense ...
99.99 €
Voir le deal

Ciné Revue

+2
Lt Ripley
ishto
6 participants

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Jeu 25 Avr - 17:49

No problem.
Au plaisir de te lire bientôt sur le film que tu veux.

Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par febus64 Jeu 25 Avr - 17:51

Bonsoir Guthrie
Je peux le trouver, je vais essayer de le voir même si je n'aime pas trop la SF
febus64
febus64
Sage Confirmé
Sage Confirmé

Messages : 759
Date d'inscription : 18/05/2012
Age : 59
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Jeu 25 Avr - 17:59

Bonsoir Febus ! Smile
Si tu peux le trouver, tant mieux.
Sinon tu sais me trouver en MP. Wink
Et si tu n'as pas aimé le film, comme je disais plus haut à Sylvie, ton rapport négatif sera le bienvenu.
Tu le sais bien, ne pas confronter les opinions et tenir un même son de cloche en s'enfermant dans l'entre-soi, c'est déjà la mort.
pale
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par febus64 Jeu 25 Avr - 18:13

Je te remercie, Guthrie.
je donnerai mon avis bien sûr, je ne suis pas friand du genre SF, mais ce n'est pas pour cela que ce film ne me plaira pas et s'il ne me plait pas j'en débattrai, j'avais bien aimé en son temps 2001, odyssée de l'espace.
A+
febus64
febus64
Sage Confirmé
Sage Confirmé

Messages : 759
Date d'inscription : 18/05/2012
Age : 59
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Lt Ripley Jeu 2 Mai - 0:33

Mon cher Guthrie,

je viens de visionner Apollo 18. Comme dit Monsieur B., ça se laisse regarder, et en effet, je préfère cette utilisation du found footage à celle de REC, qui m'avait vraiment donné la nausée. Le film est tourné avec une relative économie de moyens et applique le principe du "Moins on en voit, mieux ça marche", et pendant les 45 premières minutes c'est relativement efficace. Mais le film est bourré d'incohérences, à côté de ça, sur l'utilisation des flashs visuels dans les cratères, par exemple, qui sont parfaitement artificiels, on ne me fera pas croire qu'un astronaute n'a pas une lumière digne de ce nom à sa disposition. La plupart des effets sont transparents et finalement attendus.
Quant aux personnages, ils ne sont pas vraiment crédibles, ce sont des militaires entraînés et prêts à faire face à tout imprévu. Le gars qui reste en orbite, par exemple, est lieutenant colonel, le plus gradé, mais franchement on dirait Oui-Oui... Quant au Soyouz qui décolle avec les câbles arrachés...

_________________
Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous n'en sortirez pas vivant.
Lt Ripley
Lt Ripley
Grand Initié
Grand Initié

Messages : 2581
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 44
Localisation : Chez les chouettes et les bambis

https://sylviebordatwriting.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Jeu 2 Mai - 0:58

Merci, Sylvie, pour ta critique.
L'effet lampe flash dans le cratère, quand il déccouvre le module lunaire russe, c'est un effet pas inintéressant pourtant. Evidemment les astronautes disposent d'une lampe torche qui éclaire en continu. Mais le choix du réalisateur d'utiliser le flash dans le noir (A flash in the night - Secret Service) rajoute de la tension. Je me souviens avoir eu le frisson quand on voit le cadavre du cosmonaute ainsi apparaitre. Après... ce n'est qu'une série b. Mais avec pas mal de choses efficaces à côté des défauts qu'on peut relever ici ou là. Merci encore, Sylvie, pour ton rapport de mission lunaire.
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Lt Ripley Jeu 2 Mai - 1:04

Justement, je trouve qu'on voit tout de suite que cet effet est absurde, donc on s'attend à voir quelque chose d'affreux, que ce soit le cosmonaute ou les bêbêtes à la fin.
Mais on est d'accord, c'est juste une série B, un divertissement honnête.

_________________
Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous n'en sortirez pas vivant.
Lt Ripley
Lt Ripley
Grand Initié
Grand Initié

Messages : 2581
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 44
Localisation : Chez les chouettes et les bambis

https://sylviebordatwriting.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Jeu 2 Mai - 1:19

Les bêbêtes, oui, montrent que nous sommes bien dans une série b. La préparation de la menace est certes plus réussie, avec les plans des caméras fixes extérieures où l'on distingue au bout d'un laps de temps une roche étrangement bouger. Le personnage contaminé, aussi, pas trop mal. Le voir se dégrader à vue d'oeil accentue l'effet de panique et de claustration. Le danger peut venir de lui comme de l'extérieur. Y'a pas d'issue.
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par febus64 Jeu 2 Mai - 13:21

Bonjour Guthrie
je m'active pour regarder Apollo 18, je ne travaille pas demain
febus64
febus64
Sage Confirmé
Sage Confirmé

Messages : 759
Date d'inscription : 18/05/2012
Age : 59
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Jeu 2 Mai - 13:24

No problem, Febus.
Take your time.
Wink
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Mer 4 Mar - 10:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

The Set-Up/Robert Wise/1949

Ragging Bull, Ali, Rocky, Gentleman Jim, Million Dollar Baby, parmi la myriade de films ayant l'univers de la boxe en toile de fond, The Set-Up se hisse largement au-dessus comme un sommet du film noir. Au sortir de la guerre, le retour des hommes à la vie civile les confronte à un mur de difficultés : travail, logement, vie sentimentale brisée. Stocker (Robert Ryan), boxeur tocard en fin de cycle, crèche dans une chambre d'hôtel minable à deux pas de l'Aréna où grouillent le soir un public avide de sensations fortes et les bookmakers sous serment d'allégeance à la pègre. Il vit là avec sa compagne, Julie (Audrey Totter), qui souffre de le voir jouer avec sa santé. A 35 ans on encaisse moins bien les coups, on récupère difficilement. La situation ne l'enchante guère non plus mais c'est là son gagne-pain. Son grand désespoir est de ne pouvoir avec ses maigres cachets offrir à Julie une paire de chaussures ou un manteau chaud pour l'hiver. Pour tout ça, pour ce monde chaotique sans merci, pour la faiblesse de notre homme à avoir prise sur les événements et en être inlassablement le jouet, Stocker ce soir doit gagner. Oui mais voilà, le combat qui l'oppose à une jeune recrue est arrangé, Stocker a pour consigne de se coucher au 3ème round. Il ne se couchera pas. Cherchant Julie du regard qui n'est pas dans la salle, il devra puiser en lui seul le courage de mettre le jeune étalon KO.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


A l'issue d'un combat dans le sang et les larmes, Stocker, pas au bout de ses peines, devra encore affronter dans une impasse sombre les malfrats venus lui faire payer sa désobéissance au système. Il finira mutilé, titubant, cherchant son chemin, ses rêves de victoire brisés, et tandis que Julie accoure pour le soutenir à bout de bras, le réalisateur nous montre ironiquement le néon clignotant de l’Aréna sur lequel est écrit : "DreamLand".  
Robert Wise, tout comme Hitchcock avec Psycho, signe ici avec un budget de série b un de ses plus grands films. La boxe n'étant là bien sûr que pour métaphoriser la difficulté d'être un homme dans un monde de requins où le juste n'a pas sa place.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par febus64 Mer 4 Mar - 11:05

Les affaires reprennent. J'ai vu ce film il y a très longtemps.
febus64
febus64
Sage Confirmé
Sage Confirmé

Messages : 759
Date d'inscription : 18/05/2012
Age : 59
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Jeu 5 Mar - 7:14

Quels sont tes films préférés, Febus ?
Ceux que tu revois toujours avec plaisir.
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par febus64 Jeu 5 Mar - 8:38

Il n'y a pas de genre préféré, je dois être accroché par le film. Celui que j'ai revu le plus est "les duellistes" de Ridley Scott avec Keith Carradine et Harvey Keitel. J'ai beaucoup aimé Oranges mécaniques, les sentiers de la gloire de Kubrick?. J'aime Orson Welles, les bons Westerns (John Wayne disait que ce genre était le reflet de l'histoire américaine). J'aime aussi les films sur la seconde guerre mondiale, pour le souvenir de ce qui s'est passé. J'aime bien Kurusawa, Casavettes.
J'aime beaucoup les films période 1930 - fin des années 50 si possible en noir et blanc, français, américains et italiens. J'aime les dialogues savoureux et les bons mots de Lautner/Audiard ou des Marx brothers et la sensibilité de Chaplin.
C'est vraiment éclectique, j'ai oublié beaucoup de monde et de genres.
febus64
febus64
Sage Confirmé
Sage Confirmé

Messages : 759
Date d'inscription : 18/05/2012
Age : 59
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Jeu 5 Mar - 8:50

Merci de ta réponse.

Tu me donnes des idées. Prochainement on abordera Monkey Business des Marx Brothers et pourquoi pas La Prisonnière du Désert, que Wayne considérait comme son meilleur western. Je pense aussi à Meurtre d'un bookmaker chinois de Cassavetes.
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par febus64 Jeu 5 Mar - 9:03

Ok. Je vais en profiter pour revoir les trois références que tu cites, si j'ai le tps.
febus64
febus64
Sage Confirmé
Sage Confirmé

Messages : 759
Date d'inscription : 18/05/2012
Age : 59
Localisation : Béarn

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Nelson Jeu 5 Mar - 11:35

Ce soir, je vais voir "Le géant égoïste" de Clio Barnard. A mon ciné-club.
(une peinture de la pauvreté dans le nord de l'Angleterre)
Inspiré d'une nouvelle éponyme d'Oscar Wilde.
Vous connaissez ?
Nelson
Nelson
Grand Maitre Suprême
Grand Maitre Suprême

Messages : 6859
Date d'inscription : 25/04/2011
Localisation : Hic et nunc

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Jeu 5 Mar - 11:47

Pas du tout, pour ma part.
Merci Nelson.
Je vais me le programmer pour ce week-end.
Angleterre, pauvreté, Oscar Wilde, tout ça m'inspire beaucoup.
N'hésite pas à faire ta critique du film, Nelson, ce serait intéressant d'échanger nos avis.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Dim 26 Avr - 13:42

Tiens, mon long séjour à l'hosto a contrecarré mon projet de voir le film dont tu nous as parlé, Nelson.
J'avais complètement oublié Le Géant Egoïste - et non par égoïsme...
Je le télécharge et le visionnerai, promis, dans la semaine.
Sinon je suis un nul.
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Dim 26 Avr - 14:04

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


The Mackintosh Man - John Huston - 1973


Il y a dans les codes esthétiques des films d'espionnage inspirés de la guerre froide, ceux notamment des années 60-70, un détail que l'on prend toujours plaisir à retrouver dès le générique. C'est l'emploi du cymbalum par le compositeur. Cela vous parle ? Mais si ! Cet instrument au son aigrelet, d'origine perse, importé en Europe de l'Est sous l'Empire Ottoman... Non ? Votre mémoire auditive l'a sûrement dans ses archives. Que vous fussiez ou non amateur de la série Amicalement Vôtre, c'est le son qu'utilise John Barry pour son thème immortel ; d'ailleurs, on peut considérer Barry comme à l'initiative de cette touche stylistique, et ce dès la trilogie des Ipcress File ou dans The Quiller Memorandum, autres films d'espionnage.





Mais dans le présent film, c'est Maurice Jarre qui s'y colle.





Pourquoi aborder une œuvre cinématographique, avant tout images par essence, en braquant le projo sur ce micro-détail ? Je ne sais pas. Sans doute je m'efforce de rendre justice aux outils modestes. Un instrument n'est pas grand-chose. Il doit servir. Et dès qu'il ne sert plus, on le change contre un autre. Le clavecin a été remplacé par le pianoforte. Le pianoforte par le piano. Le piano par les ondes Martenot. Les ondes Martenot par le synthé. Davantage qu'une progression technologique, c'est une affaire de goût. Et, au cinéma, quand l'instrument de musique est bien employé, il a un pouvoir immense ! A la fois sur les images et évidemment sur ce qu'elles ne montrent pas. A entendre les notes du cymbalum, on sent la présence diaphane des agents secrets de la Russie soviétique. On découvre un mélancolique paysage sous la neige d'Ukraine ou de Sibérie. On ressent la tension entre les deux blocs USA-USSR. Alors, vous serez d'accord, comment ne pas mettre à l'honneur ce piano tzigane de rien du tout, quand il évoque tant de choses ?  

Quant au film proprement dit, The Mackintosh Man est une œuvre intermédiaire dans la carrière de John Huston. Au chapitre espionnage, beaucoup lui préfèrent The Kremlin Letter, qu'il réalisa en 1969. Mais ne serait-ce que pour la confrontation Paul Newman /James Mason, et les magnifiques extérieurs tournés en Irlande, il vaut le coup !
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Lun 27 Avr - 11:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


The Thief - Russel Rouse - 1952


Nous pouvons avoir deux attitudes devant un film. Ne voir que la surface des choses et préférer s'étourdir aux rebondissements de l'intrigue, scotchés dans le siège de la salle ou chez soi sous sa couverture, absorbant comme un buvard la moindre réplique. Ou bien, voir ce qui est derrière le texte, ce qui s'y glisse clandestinement car il y a toujours – paraît-il – un sous-texte dans le texte, comme des espèces de mélodies en contrepoint. Que la seconde attitude soit plus intello que la première, davantage dans l'émotion, on n'en a rien à foutre. D'autant sur un film où les acteurs ne disent rien. Quand je dis rien, cela signifie rien : pas un mot, aucun son. Oui, le challenge d'un réalisateur tête brûlée. Et en 1952, tout juste 25 ans après le premier parlant, on pouvait se targuer de faire dans l'expérimental avec une idée pareille ! Doit-on mettre ça sur l'effet-impact de La Corde, sorti 4 ans plus tôt, que Hitchcock se mit au défi de réaliser en un plan-séquence ? Possible. En tout cas, si l'on veut chercher des correspondances avec Sir Alfred, il en existe une sur le choix de l'acteur principal, Ray Milland, lequel, 2 ans plus tard, incarnera le cynique Tony Wendice dans Le Crime était presque parfait.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'intrigue ici ? Un classique du genre. Sous les traits du docteur Allan Fields, physicien du nucléaire travaillant à Washington pour la Commission à l'Energie Atomique, Ray Milland joue les espions. Muni de son appareil-photo miniature, il capture les documents top-secrets que toute une série d'intermédiaires se passent ensuite sous le manteau ; du soi-disant membre de la biblio municipale, faussement plongé dans l'étude, au faux liseur de journal dehors sur un banc ; du type qui fait semblant de téléphoner dans une cabine, à la fausse nana s'attardant dans un drugstore au rayon lingerie. Et, ainsi de suite, de poche en poche, de sac en paquet de clopes, jusqu'à la tête du réseau : une puissance étrangère, allemande ou soviétique.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'intérêt du film, outre sa spécificité de ne compter aucun dialogue, c'est le moment où le personnage filé de près par les agents du FBI, ne sachant plus qui est qui, bascule dans la paranoïa. Cela permet d'apprécier l'immense palette de Ray Milland, acteur de classe anglaise, pouvant, à la manière d'un Chaplin ou d'un Laughton, jouer autant la comédie que le drame ; voir sa performance dans Le Poison de Billy Wilder. Et il faut bien l'avouer, restreindre le champ du personnage en le privant de parole, c'est un pari que peu d'acteurs auraient transformé en billet gagnant. Pourtant le film n'est qu'à demi réussi. Pas à cause de la réalisation, non, très correcte. C'est la musique. Tout le long elle est franchement imbuvable ! Pour ce genre de concept, ça ne pardonne pas. Il aurait fallu la travailler à la virgule ou avoir un compositeur hors de pair, un Bernard Herrmann, un Arthur Honnegger. La faute probablement à un budget trop serré. Dommage...

(Le score est signé Herschel Burke Gilbert. Normal. Une musique aussi rococo ne pouvait venir que d'un compositeur au nom baroque.)
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Gizmo Lun 27 Avr - 11:56

Merci Guthrie pour ces partages tres enrichissants !
Gizmo
Gizmo
Maitre de l'Univers et de ses environs
Maitre de l'Univers et de ses environs

Messages : 11016
Date d'inscription : 21/03/2011
Age : 42

http://demidiaminuit.net

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Lun 27 Avr - 18:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le Soupirant - Pierre Etaix - 1962

Un pavillon style bourgeois. Une vieille demeure raffinée. Le mari, l'air bonhomme, complaisant. La femme, sèche, aussi guindée qu'une théière en porcelaine motif chasse à courre. Le couple abrite sous leur toit une fille au pair, vingt ans, blonde, très jolie Fräulein. Et leur fils, Pierre. Pierre occupe une chambre au premier étage. Il se joint rarement aux autres, ne sort pour ainsi dire jamais. Dans cette pièce, transformée en observatoire, des cartes astronomiques, des revues scientifiques, un globe terrestre, et des livres, des livres, des livres ; la trentaine bien sonnée, la tête dans les étoiles, Pierre est resté un Pierrot lunaire. Un jour, la théière dit à son mari que cela ne peut plus durer. C'est im-pé-ra-tif, Pierre doit revenir sur terre, marcher, sortir, rechercher la compagnie des jeunes femmes : se marier. Débutent alors, sur la thématique de l'apprentissage amoureux, les aventures décevantes de Pierre.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le cinéma de Pierre Etaix – acteur, réalisateur, décorateur, et coscénariste avec Jean-Claude Carrière du Soupirant – met à profit l'héritage des Chaplin, Buster Keaton, Harold Lloyd et Jacques Tati pour lequel il fut assistant-réalisateur sur Mon Oncle. C'est l'univers du cirque, le monde du music-hall, le tout maîtrisé par un immense travail d'écriture et des gags réglés au millimètre, au centième de seconde. La reprise dernièrement de son œuvre dans des conditions optimales, grâce aux efforts conjugués de la Fondation Gan pour le Cinéma, Studio 37, Carlotta (et Arte pour l'édition DVD), nous permet, avec beaucoup de retard, de prendre le train Etaix. Si nous l'avons loupé jusque-là, c'est que le cinéaste, à l'image de Terry Gilliam, a joué de malchance pour être correctement diffusé en son temps.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Bref, regardez Le Soupirant sans plus attendre ! Vous oscillerez entre le rire et l'émotion comme dans le meilleur Chaplin.


Dernière édition par Guthrie le Sam 11 Nov - 12:17, édité 1 fois
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Mar 28 Avr - 12:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Les Espions - Henri-Georges Clouzot - 1957


Elle n'a pas bonne mine la maison de santé du docteur Malic. Oh non ! Pas bonne mine du tout. Aussi mal en point que les deux seuls patients qu'elle abrite : un toxico (Louis Seigner) et une aphasique en proie à l'hystérie (Véra Clouzot). Financièrement au plus bas, le docteur (Gérard Séty) souffre de voir son établissement symboliser les ruines de l'âme. Aussi, le plus clair de son temps, il préfère se terrer au bistrot du coin. Puis un soir, un appel ; une soi-disant urgence du côté d'Argenteuil. Là-bas, un mystérieux colonel Howard, membre de l'Institut de Guerre Psychologique des États-Unis, vient à sa rencontre et lui propose un marché : accueillir l'espace de deux-trois jours un malade quelque peu spécial, un dénommé Alex, et ce contre la coquette somme de 5 millions. A force de discussions joliment arrosées, malgré tout, le docteur Malic voit encore assez clair pour saisir qu'il est question d'héberger un agent-secret mais pas assez pour refuser l'argent et les risques que ça comporte. Bah... tant pis. 5 millions ne se refusent pas. Le lendemain, tous les gens qu'il a l'habitude de côtoyer, le barman, son infirmière, sa bonne à tout faire, le facteur, ont été remplacés par des espions. Venus flairer qui peut bien se cacher derrière cet énigmatique Alex, le pauvre docteur, en outre, doit faire face à un défilé d'espions et de contre-espions les plus redoutables du milieu sous l'apparence de faux malades. Et on rit ! On rit ! Car le réalisateur, ayant choisi de traiter la situation sous l'angle de l'absurde, nous a concocté un casting de premier choix :

Peter Ustinov (un des faux malades) en chef du KGB.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sam Jaffe (faux malade et faux professeur d'anglais) en chef des services secrets américains.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Martita Hunt (la fausse infirmière) en agent-secret peau de vache.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fernand Sardou et Sacha Pitoëff, les sbires de Connie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Et Curd Jürgens, le fameux Alex, dont le but, en se faisant passer pour Hugo Vogel (éminent savant atomiste), est de leurrer tous ces crabes pour les attirer dans le même panier.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
     

A noter l'apparition du petit Patrick Dewaere, 10 ans, crédité au générique Patrick Maurin, nom de la célèbre famille de comédiens dont il est issue.
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Guthrie Mer 29 Avr - 12:15

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Espion Lève-toi - Yves Boisset - 1982


En le découvrant aujourd'hui, 35 ans après, le spectateur qui ne connaîtrait de ce film que le titre sera embarqué dans une intrigue complexe, ambigüe, admirablement renforcée par l'interprétation tout en perversité de Michel Piccoli. Un acteur capable, dans ses répliques, de changer de masque d'une seconde à l'autre. Avec un Lino Ventura davantage dans l'impulsivité, ça tranche sec. Pourtant je ne cherche à établir entre les deux hommes aucune échelle de valeurs. La preuve, je n'ai pas le souvenir d'avoir déjà vu Ventura mauvais dans un film, celui-là comme un autre. Non, pour Yves Boisset, le réalisateur, il s'agissait de composer une paire d'acteurs contrastés. Et le tandem Ventura-Piccoli marche comme de la fine horlogerie suisse, ce qui me permet (héhé) la transition avec l'histoire, se déroulant à Zurich.

Après huit ans de mise en sommeil, Sébastien Grenier (Ventura), conseiller financier pour la façade et agent-secret derrière, reçoit un message codé émanant de ses supérieurs – du moins le pense-t-il – lui enjoignant de se pointer tel jour-telle heure aux abords d'un kiosque à musique du centre-ville. Intrigué de savoir pourquoi il a soudain été réveillé, Grenier va au rendez-vous. Là, l'accoste un certain Jean-Paul Chance (Piccoli) dont il n'a jamais entendu parler. L'homme se présente comme étant son nouvel intermédiaire. Pas convaincu pour un sou, Grenier décide de déclencher le code de procédure d'urgence en faisant passer dans le quotidien Tages-Anzeiger la petite-annonce : « Amateur Alexandre Dumas recherche édition originale Joseph Balsamo. » Et qui répond au second rendez-vous ? Je vous le donne en mille...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Oui, encore lui ! Cette fois, le mystérieux maître des requêtes au Conseil Fédéral de Berne, moins évasif, formule quelque inquiétude vis-à-vis d'Anna Gretz, la compagne de Grenier et professeur de lettres, selon lui elle entretiendrait des liens trop étroits avec une frange activiste de gauche, terroriste. Le fait de rencontrer à nouveau cet homme et d'apprendre que les sphères supérieures échafaudent des théories vaseuses sur sa vie privée, incite Grenier à contacter son supérieur et ami Henri Marchand. Il lui demande d'obtenir une fiche complète sur Chance afin de savoir s'il joue contre ou avec eux. Or son ami Marchand meurt le lendemain, d'un « accident ». Grenier remonte alors jusqu'à Meyer, le supérieur de Marchand dans la voie hiérarchique, avec la même demande – Meyer meurt défenestré le lendemain. Malgré ses doutes de plus en plus certitudes, il est toujours au même point. C'est alors qu'une troisième pièce intervient dans le jeu, un agent du nom de Richard (Bruno Cremer) envoyé par Paris. Il lui apprend que Jean-Paul Chance serait en réalité un agent soviétique infiltré pour dynamiter le réseau. D'ailleurs, au passage, il précise que Paris n'y est pour rien dans son « réveil ». Grenier ne sait plus à qui se fier. Richard ? Chance ? Qui est la taupe ? Pris entre deux feux, son seul souci pour l'heure est de protéger la vie menacée d'Anna (Krystyna Janda).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  

Avec Espion, lève-toi, Yves Boisset signe l'un de ses films les plus prenants, en dépit de ses défauts : des zoom chelous au tout début ; l'abus de la post-synchro, notamment la scène à la pâtisserie Schlimmer, où certaines répliques, modifiées après coup, ne correspondent plus avec les lèvres des personnages. Mais c'est vraiment détail. La tension crescendo, le trio Piccoli-Ventura-Cremer, et la musique de Morricone toujours aussi diablement efficace, passent au premier plan. Bref, fans d'espionnage, laissez-vous tenter !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Guthrie
Guthrie
.
.

Messages : 2547
Date d'inscription : 30/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Gizmo Mer 29 Avr - 12:19

Merci Guthrie, ca fait super envie !
Tu devrais ouvrir un topic a chaque fois, on pourrait en parler comme ca. La du coup, c'est plus dure, tu en ecrit tellement !
Gizmo
Gizmo
Maitre de l'Univers et de ses environs
Maitre de l'Univers et de ses environs

Messages : 11016
Date d'inscription : 21/03/2011
Age : 42

http://demidiaminuit.net

Revenir en haut Aller en bas

Ciné Revue - Page 4 Empty Re: Ciné Revue

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum