Le forum pour tous ceux qui cherchent, sans savoir ce qu'ils espèrent trouver ! Ne craignez rien, et venez vous inscrire !

Partagez
Aller en bas
avatar
Olive1968
Grand Maitre Suprême
Grand Maitre Suprême
Messages : 9281
Date d'inscription : 12/10/2011
Age : 50
Localisation : Avignon

Amélie Murat

le Ven 18 Nov - 16:22
LA ROSE ET LA MER

Ce n'est point une bague, ô mer, c'est une rose
Que je condamne et livre à ton immensité :
Veuille, en ta tombe éternellement entreclose,
Bercer ce peu de grâce et de suavité.

Certes, je ne viens pas, consacrant mon offrande,
En ma faveur, capter les dons irrévolus
D'un destin que mon coeur n'invoque, ou n'appréhende,
Ni supplier des dieux auxquels je ne crois plus.

Le geste dont je lance, épanouie encore,
Cette pulpe florale et son pollen pourpré
Au gouffre d'un aucun rameau ne peut éclore,
Symbolise un refus libre et désespéré.

Car la fleur dont le baume eût enivré ma veille
Et l'amour qui voulait exalter mon destin,
Je les anéantis d'une chute pareille :
Grande marée, à toi cet infime butin !...

C'est fait. A peine un choc éclabousse la lame
Qui reforme et poursuit son rythme souverain :
Un cadavre de fleur, une douleur de femme,
Que pèse cette écume à l'infini marin ?

Amélie Murat. (Le sanglot d'Eve. 1923)
avatar
Olive1968
Grand Maitre Suprême
Grand Maitre Suprême
Messages : 9281
Date d'inscription : 12/10/2011
Age : 50
Localisation : Avignon

Re: Amélie Murat

le Ven 18 Nov - 16:25
Ce poème sublimement féminin nous évoque toute la grandeur sentimentale des vers parfumés. Ici le désespoir romantique se mêle aux éléments immenses et déchainés (contraire de la tendresse du propos)... Personnellement j'adore.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum