Le forum pour tous ceux qui cherchent, sans savoir ce qu'ils espèrent trouver ! Ne craignez rien, et venez vous inscrire !

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Herodote
Grand Initié
Grand Initié
Messages : 2960
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 91
Localisation : Pontault-Combault
http://www.deltalemerle.com

Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 12:08
Que pensez-vous de vos parents (et plus encore) de votre ascendance, maintenant que vous voilà adultes ?
Répondez nettement.  Je vais m'y essayer.  Enfant, j'aimais tout le monde (sauf ma grand-mère paternelle qui n'a jamais pu se dessaisir de son allure d'Institutrice retraitée) et je pense, pieusement, à mes deux parents.
Ils étaient pourtant très stricts en ce qui concerne deux points :
-le travail scolaire à propos duquel nulle défaillance n'était tolérée avec graves punitions à l'appui.
- la tenue en général, par rapport à moi-même et à la société : hygiène, soin de mes vêtements, un zeste d'élégance, bonne tenue à table (rien avec les doigts), discrétion dans mes conversations, bien saluer poliment tout le monde (Monsieur, Madame, Mademoiselle, sans le nom propre à la suite, ce qui faisait vulgaire), chaussures astiquées, mains lavées quinze fois par jour (j'en ai conservé des traces), coup de peigne obligatoire si nécessaire,etc.

Par contre totale liberté de jouer, d'aller et de venir avec mes camarades (on ne disait pas copains , encore moins potes)
Ceci compensait largement celà. En vacances mon espace de liberté était encore élargi, mais... le retour à la maison exigeait le peigne, la brosse à habits, les manis impeccables.

Nous avions des conversations sérieuses avec mon père surtout, dépassant largement ce qu'il est admis aujourd'hui, dans l'infantilisation généralisée, autrement que technologique.

Je les aimais. Et leur mémoire est toujours vive, même si ma Mère est morte en 1943 du fait de l'Occupation et mon père en 1967 d'un cancer, qu'il aurait pu soigner s'il ne s'était remarié.

Et vous. Jugez votre enfance et l'environnement que vos parents (ou ayant-droits) ont créé autour de vous.
avatar
yaka
Maitre Philosophe
Maitre Philosophe
Messages : 1524
Date d'inscription : 14/08/2012
Age : 57
Localisation : ici, lorsque j’y suis !
http://yakabd.over-blog.com/

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 12:42
Mes parents étaient nettement plus jeunes que les tiens, Hérodote.
Nés un peu avant la guerre, leur éducation à notre égard fut moins stricte car ils n'ont pas été des anges non plus étant ado. La révolte était déjà plus marquée chez eux durant les années 50.
La politesse, le respect de l'autre et un pointe d'athéisme était au menu. Mais les souvenirs sont ce qu'ils sont, j'ai du effacer les mauvais côtés s'ils y en avait. Ils sont décédés à 3 ans d'écart, tout deux à 36 ans ( mon père lors d'un séjour à l'hôpital, ma mère lors d'une chute de vélo ). J'avais 12 et 15 ans ... ce qui restait à contenir dans notre éducation (nous étions 3, je suis le plus âgé) le fut par notre famille maternelle, le foyer de ma marraine pour moi, celui de nos grands parents pour mon frère et ma soeur. Avec retrouvailles tous les dimanches et durant les vacances.
Qu'en ais-je retenu ?
Le respect, la politesse, la liberté de dire ce que je pensai si c'était justifié, la reconnaissance de leurs erreurs de jugement si c'était le cas.
La folie douce de mon père, toujours prêt à faire ou dire une bonne blague m'est restée.
Mes grands-parents étaient de milieux différents , l'un bureaucrate marié à une directrice d'école ; l'autre menuisier aidant son épouse dans un petit magasin de village. C'était très enrichissant de côtoyer ces deux milieux, bien qu'ils avaient les mêmes valeurs en commun.
Chacun avait aussi un grand potager ... et ça ... retirer les patates ou gratter les mauvaises herbes, ce n'était pas passionnant lorsque l'on était en culottes courtes. Par contre, leurs cornichons au vinaigre me font encore saliver !
PS : l'athéisme de mon père était en contradiction avec les croyances de nos grands-parents. Ils n'ont jamais pu nous récupérer sur leur "droit" chemin.
avatar
Thot
Petit Sage
Petit Sage
Messages : 350
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 24
Localisation : Bdx

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 14:41
Quelle tristesse ! Perdre ses parents, si jeunes...

Personnellement, je ne suis pas encore adulte, donc mon avis sera biaisé et sûrement pas encore mature.
Même si ces sentiments commencent à s'adoucir maintenant que j'atteins l'indépendance, j'ai longtemps haïs mon père.
Ma mère n'était pas particulièrement douce, mais le contraste avec mon père justifiait l'amour sans borne que je lui vouais.
J'ai longtemps été l'étrangeté de la famille, l'enfant qui ne rentre pas dans le moule de l'éducation de mon père. Ma solitude et mes mondes intérieurs m'ont préservé, je crois, d'une cruauté trop grande à gérer pour un enfant.
Pour ce qui est du contenu de l'éducation qu'ils m'ont transmis : respect et politesse, apprendre à appeler chacun par le terme adéquat (Bonjour Madame, au revoir Monsieur), ne pas se montrer familier, sans pour autant réprimer ma bonne humeur naturelle.
Ils ont essayé de m'impliquer dans les tâches ménagères de la maison, sans grand succès. C'est venu de moi-même, plus tard.
Mes amis n'étaient pas très bien vu, et les rapports conflictuels avec mon père m'ont toujours interdit de les emmener à la maison. Les rares fois où j'ai partagé notre piscine avec les copains durant l'été, je l'ai regretté. Donc j'externalisais tous les bons moments : j'allais chez les uns et les autres. J'associais la maison à un endroit rigide.

Exterieurement ils ont réussi : je suis poli, je me tiens bien, je souris et je suis avenant.
Intérieurement, pour la construction de ma personnalité, cela a globalement été un échec.
Mais je ne doute pas de leur bonne volonté, ils ont chacun été sincères dans leur démarche, voilà pourquoi j'arrive à de moins en moins à leur en vouloir.
Invité
Invité

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 14:53
Ce que je pense de mes parents. Des modèles. Oui OK facile mais sincèrement justifié. Mon père pour sa force de travail et son abnégation. Il a toujours fait passer sa famille avant lui et a fait de réels sacrifices. Il a commencé à travailler à 13 ans pour nourrir sa famille et ses 7 sœurs (son père à lui préférait visiblement dépenser les sous au bar que les gagner).
Bref j'essaie de suivre les leçons de vie qu'il m'a enseignées sans qu'il ait jamais eu besoin de le faire par les mots. Il est parti en 3 mois d'une saloperie de cancer il y a bientôt 2 ans, je ne m'en suis toujours pas remis.
Ma maman est un modèle de valeurs : tolérance, respect des différences, ouverture d'esprit. Elle aurait pu être FM !
Elle est toujours là, plus pour longtemps j'en ai bien peur, au combat avec une autre saloperie de maladie.
J'ai eu une belle enfance, à l'abri des difficultés avec une belle liberté (je suis probablement plus restrictif avec mes propres enfants).
J'ai eu des parents merveilleux.
Laelle
Petit Sage
Petit Sage
Messages : 491
Date d'inscription : 16/11/2013
Age : 39

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 15:23
Je ne parviens pas vraiment à me placer du point de vue de l'enfant que j'étais. Mes parents avaient 20 ans en 1968. Athéisme et gauchisme au menu. De l'ouverture culturelle. Mon père, décédé aujourd'hui, était très intelligent, il lisait énormément et aimait discuter et approfondir lors de longues discussions sur tous les sujets. Il était instituteur mais aurait pu être maître de conférence. Il chantait aussi, en jouant de la guitare, les gamins l'adoraient. Je resterai toujours éblouie par ce qu'il savait, ce niveau intellectuel, par le fait qu'il mettait toujours les inspecteurs de l'EN dans sa poche, qu'il avait de l'humour, par le fait qu'il était "savant".

Ma mère, et c'est toujours d'actualité, est toujours en représentation scénique avec ses chansons, ses musiciens, sa guitare, ses chanteuses, feu sa chorale dont elle était la chef.
Mes parents faisaient du théâtre, à mon âge il avait monté une association, le GRAC, Groupe de Recherche et d'Action Culturelle. Toujours à monter des spectacles, pour enfants, sur la Révolution française, sur le Cinéma, sur tel ou tel chanteur (chanteuse), Brassens, Guy Béart, Edith Piaf etc. Des spectacles en chanson sur la Guerre de 14, sur tout pan de l'histoire de notre petite ville, sur l'Histoire de France. Ma mère accompagne de ses chansons les visites guidée, les repas dansants, les inaugurations, que sais-je encore, elle est partout et n'arrête pas. "Ce soir je suis là, je chante... demain tout l'après-midi ici" etc.

Mon père a monté un studio d'enregistrement, des musiciens y enregistrent aujourd'hui même.

Tout cela pour dire que j'ai une profonde admiration pour mes parents qui n'ont eu de cesse de monter des spectacles, des projets en association, et ensemble.

Par contre, ils nous on appris, à moi et à mon frère, à regarder la télévision...
avatar
raisonanse
Chien fou
Chien fou
Messages : 101
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 23
Localisation : Lutèce

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 17:13
Que dire sur mes parents ? Comme Thot à 20 ans tout rond, pas facile de faire un bilan sur son éducation, plus ado, pas encore tout à fait adulte ; même si cela fait 3 ans que j'ai quitté le nid familial, je suis encore liés à eux, ayant la chance qu'ils soient vivants et fringants et à mes côtés pour me lancer dans la vie.

Enfant unique, (« trop? ») désiré, j'ai toujours eu une relation « amour/répulsion » avec mes parents. Ma mère, que j'adore, que j'admire : fille de famille d'ouvriers qui a du grandir trop vite à 13 ans pour s'occuper de son nourrisson de petit frère et de sa mère malade psychiquement pendant que mon grand-père était au travail. Une famille simple mais pleine de bon sens ! On vote à gauche, mais on ne croît pas beaucoup au pouvoir de « ces gens là ». Mon grand-père se moque des prêtres, mais je pense que derrière ce discours se cache une spiritualité cachée. Ma grande-mère est pieuse. Ce premier me dit toujours quand je lui parle de qqch que j'aime dans le domaine culturel « tu sais moi je n'ai pas fait d'études » résumant ce complexe transmis à ma maman, pourtant si ils n'ont peut-être pas la « Culture », ils sont d'une grande intelligence, et là est toute la différence. – Du côté de mon père, famille d'artisans bien installés dans une petit ville de Bretagne, on vit correctement mais à la labeur de son front. On vote à droite, on est gaullistes, on est fiers d'être français. On se rattache à la foi pour faire face aux difficultés de la vie, on est outre cela profondément croyant et on admire les frères qui ont élevés mon grand père. Dans cette famille on est élevé par une mère travailleuse et aimante, un père dur et colérique mais plein de valeurs, un grand monsieur, que tout le monde admire, qui a le cœur sur la main. Tout ça pour situer … (Car les chats ne font pas des chiens).

Moi au milieu des enfants de ces parents : Né d'un mariage civil (Ma mère ayant refusé le religieux). Père et mère simples employés, nous vivons modestement mais sans jamais manquer de rien. Père d'une droite sociale, mère d'une gauche qu'elle sait parfois utopique. Non-baptisé pour me laisser le choix (J'ai mis du temps à comprendre ce geste d'amour!). Enfant précoce, insatiable curieux, mes parents m'ont toujours apporté ce dont j'avais besoin pour m'épanouir et être heureux. A 7 ans, je veux me faire baptiser, j'ai la foi ! Et bien ils disent « amen » ;)cela t'appartient, tu atteints l'âge de raison, fais-en bon usage mon fils. Cela ne se fera pas, mais cela résume mon éducation. J'ai été élevé dans la liberté et la responsabilité, dans la confiance. On m'a toujours laissé faire ce que je voulais tant que cela n'atteignait pas la liberté d'autrui, la mienne, et sous le sceau de ma responsabilité mener le chemin que je voulais mener. Si je fais une bêtise, j'assume, mais je suis un petit garçon sage. Je suis poli, enjoué et souriant, comme mes parents me l'apprennent et et essayent de l'être. Je suis casanier, mais sociable, « tout le monde » m'aime bien. Je suis bavard, très bavard. Enfant ; j'ai parcouru la France à chaque vacances grâce à mes parents ; j'ai découvert paysages, gastronomie, histoire et musées. J'ai toujours préféré être avec les adultes. Mes parents ont toujours profité de ma curiosité pour me transmettre des valeurs simples mais vraies. Je me souviens bêtement quand j'avais 7 ou 8 ans ma mère me parler des prostituées avec un profond respect, et je me suis dis alors que l'Homme méritait toujours un profond respect. Plus tard, ma mère me parla de l'IVG quant à ce qu'une institutrice pieuse avait sans doute du m'en dire, et rétorqua « Qui sommes-nous pour juger ? ». Toujours comprendre, ne jamais juger. J'ai toujours eu un gros problème relationnel avec mon père, nous sommes si opposés, et pourtant au fond si identiques. Je ne veux pas lui ressembler, et pourtant j'aimerai être un homme droit comme il l'est. Jamais je n'ai eu de marque d'affection de celui-ci, je me rattache à l'amour débordant de ma mère, et pourtant je sais qu'il est fier de moi. Culturellement, c'est un homme qui en sait des choses, je bois ses paroles et je lui demande « pourquoi ? Et « Comment ? » toute mon enfance. Il a seulement un gros problème de communication avec les autres. Il est colérique et impulsif, ne supporte pas que qqun sache quand il ne sait pas. J'ai ainsi toujours voulu savoir, comprenant que c'était un moyen de liberté, mais aussi à titre intime un moyen de survie, mais je veux aussi accepter contrairement à lui de ne pas savoir. C'est aussi un élément qui m'a fait me rapprocher de l'ambition maçonnique.

Mais au fond par ce portrait lacunaire de mes géniteurs, éducateurs mais surtout parents - qu'en reste t-il ? D'abord qui suis-je pour les juger ? En tout cas ils ont fait de leur mieux, je les regarde  d'un œil souriant et ému. Il m'ont donnés toutes les clef pour être « qqun de bien » comme ils l’écriront sur ma carte d'anniversaire le mois dernier pour mes 20 ans me donnant la larme à la l’œil. Toujours être libre, en soi, pour soi, par soi, pour les autres, par les autres, et dans le monde. Être curieux. Toujours croire : au moins en l'autre, éventuellement en dieu, si possible en soi. Ne jamais juger. Toujours comprendre. Au moins essayer. Enfin de compte ce sont vraiment « des gens bien ». Merci papa, merci maman Smile
[C'est long, veuillez m'en excuser, mais je ne peux pas les résumer plus que cela]
avatar
Lt Ripley
Grand Initié
Grand Initié
Messages : 2570
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 39
Localisation : Chez les chouettes et les bambis
https://sylviebordatwriting.wordpress.com/

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 17:14
Je trouve très beau ce que vous tous écrivez sur vos parents.

J'ai peut-être, comme Thot, un regard plus critique, mais il est vrai que l'ambiance familiale n'est pas au beau fixe actuellement, et qu'avec la grossesse je reviens sur énormément de choses qui me poussent à m'interroger.

J'ai gardé de l'enfance l'image d'un paradis perdu, disparu avec le divorce et et ce qui l'a précédé. Mes relations avec ma mère en sont restées assez difficiles...

Le regard que je porte sur eux, maintenant que j'ai un enfant, est peut-être un peu plus clément, puisque je suis consciente que l'on fait de son mieux mais qu'on ne peut pas éviter toutes les erreurs. Au mieux, j'essaie de ne pas faire les mêmes qu'eux...

_________________
Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous n'en sortirez pas vivant.
avatar
Herodote
Grand Initié
Grand Initié
Messages : 2960
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 91
Localisation : Pontault-Combault
http://www.deltalemerle.com

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 17:58
Vous en ferez d'autres, Sylvie !...
Mais je suis heureux d'avoir ouvert ce coffre aux trésors multiples. Voici un sujet qui n'a pas manqué son but, s'arrêterait-il là . On y trouve tout ce qui construit l'Etre Humain et là je savoure le succès de ce fil. Je conserverai l'ensemble en dossier, car "rien de ce qui est humain ne m'est étranger", comme c'est le cas pour nous tous.
Vous aurez remarqué (il faut remonter le fil des interventions pour cela) que même si l'un des intervenants avoue haïr son père (ce qui est sans doute un sentiment exaspéré), il ressort de l'ensemble un immense besoin de tendresse parentale, notamment de la part des pères qui ont conservé le schéma de l'homme-"homme" qui ne s'attendrit pas! J'ai fait tout ce que j'ai pu pour me laisser aller à ma tendresse naturelle avec mes enfants. Réussi ? Raté ? Ils ont l'âge de juger, largement, et d'être jugés par leur progéniture. Ils pècheront par excès de ceci ou manque de celà. Inévitablement. Comme tous les intervenants avouent reprocher un excès d'attentions, tournant à la manie, ou l'absence d'un petit calin,vite fait, au hasard d'une bonne note en classe. Ca fait du bien...(J'en ai gardé le très doux souvenir, venant de mon père et de ma mère).
Félicitations pour votre clarté et notre netteté. Il est rare sur un Forum qu'on trouve si vite et si densément un tel "pannel" de toutes les tendresses ou de leur manque, comme vous venez de le faire ici.
Gardez telle image qui vous conforte ou qui vous réconforte, qui vous émeut. Il n'y a jamais trop d'Amour.

(ceci n'est pas une clôture --de quel droit pourrais-je clôturer ?--, mais une invitation à poursuivre.)
Laelle
Petit Sage
Petit Sage
Messages : 491
Date d'inscription : 16/11/2013
Age : 39

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 18:38
Pour distinguer le manque de tendresse, du manque d'attention, du manque d'amour, j'attendrai que plusieurs mois s'écoulent depuis le début de ma thérapie. Et je garderai sans doute aucun le secret douloureux de tout cela. Smile
avatar
Herodote
Grand Initié
Grand Initié
Messages : 2960
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 91
Localisation : Pontault-Combault
http://www.deltalemerle.com

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 18:58
Gardez-le, surtout ! En" jauge", comme on dit des plants qu'on pourrait repiquer tout de suite, mais qu'il est sage de repiquer plus tard .
Je ne sais pas ce qu'est ce qu'est votre thérapie et suis naturellement méfiant envers ce genre de choses. Mais ne le dites pas, encore ! Vous en parlerez quand vous irez mieux.
C'est le lot de ceux qui s'adonnent à l'art où le kaléidoscope n'arrête pas de bouger.
Reprenez votre vie et pensez que vous existez parce que vous êtes.
Songez au petit Jean qui errait parmi les massifs fleuris de Port-Royal, orphelin, et qui au contact des austères jansénistes du lieu, se demandait Giraudoux, comment le petit orphelin avait même appris à marcher. Et il est devenu, le petit Jean, tout simplement, Jean Racine ...

Est_il plus noble exemple ?
Et s'il avait eu des parents? Aurions-nous Britannicus, Iphigénie et Phèdre ?
avatar
Thot
Petit Sage
Petit Sage
Messages : 350
Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 24
Localisation : Bdx

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 19:02
Cette idée de repiquer me plaît, et me rappelle cette citation :
"Quand on donne de l'amour, on ne le divise pas, on le multiplie !"

J'ai aimé vous lire, tous !
Laelle
Petit Sage
Petit Sage
Messages : 491
Date d'inscription : 16/11/2013
Age : 39

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 19:32
Herodote a écrit:Gardez-le, surtout ! En" jauge", comme on dit des plants qu'on pourrait repiquer tout de suite, mais qu'il est sage de repiquer plus tard .
Je ne sais pas ce qu'est ce qu'est votre thérapie et suis naturellement méfiant envers ce genre de choses. Mais ne le dites pas, encore ! Vous en parlerez quand vous irez mieux.
C'est le lot de ceux qui s'adonnent à l'art où le kaléidoscope n'arrête pas de bouger.
Reprenez votre vie et pensez que vous existez parce que vous êtes.
Songez au petit Jean qui errait parmi les massifs fleuris de Port-Royal, orphelin, et qui au contact des austères jansénistes du lieu, se demandait Giraudoux, comment le petit orphelin avait même appris à marcher. Et il est devenu, le petit Jean, tout simplement, Jean Racine ...

Est_il plus noble exemple ?
Et s'il avait eu des parents? Aurions-nous Britannicus, Iphigénie et Phèdre ?
Pas de souci, quel bel exemple ! Que je suis à la lettre. D'ailleurs je ne vais pas si mal, car je vous souris.
avatar
yaka
Maitre Philosophe
Maitre Philosophe
Messages : 1524
Date d'inscription : 14/08/2012
Age : 57
Localisation : ici, lorsque j’y suis !
http://yakabd.over-blog.com/

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 21:16
En tant que père, j'ai essayé d'élever mes enfants avec ce que je possédais ( sentimentalement, intellectuellement, financièrement). Mes parents et les leurs en ont fait tout autant.
Ca a l'air con à dire tellement c'est évident, et pourtant lorsque j'étais jeune papa (23 ans) je ne me rendais pas compte de ce que je pouvais apporter à mes schtroumphs.
Ce n'est qu'avec le recul, en comptabilisant les réussites et les échecs, que l'on peut comprendre cela.
avatar
Herodote
Grand Initié
Grand Initié
Messages : 2960
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 91
Localisation : Pontault-Combault
http://www.deltalemerle.com

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 21:25
J'ai un message que Yaka m'a fait sauter ! Hou,le vilain ! C'est pas sa faute, mais un emberlificotage quand on est deux (ou plus) à poster des messages en même temps. Je recommencerai plus tard. Sachez qu'il s'agissait de la musique lyrique et de mon père, et, venant de ma mère, le fait de savoir comment naissaient les bébés et tutti quanti. Je recommencerai une autre fois.
avatar
yaka
Maitre Philosophe
Maitre Philosophe
Messages : 1524
Date d'inscription : 14/08/2012
Age : 57
Localisation : ici, lorsque j’y suis !
http://yakabd.over-blog.com/

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 21:29
Embarassed 
n'empêche que tu pouvais le poster, même s'il s'était décalé sur ta page (le message intermédiaire étant mis en avant pour modifier sa réponse si besoin est)
avatar
Herodote
Grand Initié
Grand Initié
Messages : 2960
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 91
Localisation : Pontault-Combault
http://www.deltalemerle.com

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 21:46
Errez, Laëlle, comme Jean Racine parmi les parterres fleuris et vous rencontrerez, Aricie, Iphigénie et Hippolyte au coin de votre rue !

C'est mon père qui m'a fait découvrir la musique? A l'Opéra de Rennes, il se donnait de temps à autre des représentation de grands opéras: Bizet, Gounod, Massenet, Gluck,Puccini et Wagner. Sans oublier Berlioz dont j'ai entendu la "Damnation de fFaust" de part et d'autre, ma soeur et mo,i de notre père. Sans lui je serais resté un Béotien en musique. Je lui dois celà aussi.
Et à ma mère, je dois d'avoir eu la loyauté de m'ouvrir le livre de la reproduction humaine. Avisant, dans le petit square où je jouais le long du Quai Chateaubriand au bout du musée de Bretagne, une jeune femme enceinte, elle me dit de façon toute naturelle: "Elle avoir un bébé, la dame. Elle l'a dans son ventre, comme tu étais dans le mien." A (VOICI MON MESSAGE RETROUVE, SANS SAVOIR COMMENT !!!!!!).
Je posais, du haut de mes huit ou neuf ans, la question :" Pourquoi il est mon papa, Papa ?" Tu as vu me répondit-elle, que X (prénom de ma soeur) est une fille parce qu'elle n'a pas au bas du ventre la même chose que toi. Ton Papa est un homme et tu seras un homme,et tu grandiras et tu auras autre chose de plus important au bas du ventre, comme Papa. Eh bien, quand nous nous sommes mariés, Papa et moi, nous nous aimions beaucoup comme maintenant et il a rentré son "machin" dans mon ventre. Ca fait que deux fois de suite, l'une pour ta soeur, l'autre pour toi, j'ai eu dans mon ventre X (prénom de ma soeur) et toi. Et on est très heureux tous les quatre. Ca s'appelle une famille !/ Je jouais et cela ne me tracassa nullement. Les traumatismes sont des légendes malvenues. C'est la sauce que la bien-pensance met autour qui envenime tout. Voici mon avis sur la Musique et la Reproduction humaine.
avatar
Tao
Sage Confirmé
Sage Confirmé
Messages : 980
Date d'inscription : 25/08/2012

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 21:50
Saluton al vi, Gefratoj !

Enfance heureuse. Très heureuse. Au point que je n'ai pas de souvenirs malheureux... Des parents nés au tout début des années 60, un peu (beaucoup) hippies sur les bords, écolo-gaucho mais actifs dans aucun mouvement particulier. Père photographe de formation, ouvrier dans une imprimerie, éducation catho mais absolument imperméable à ces questions, mère institutrice dans une école catholique ayant assuré notre éducation catholique jusqu'à notre adolescence, âge où on nous a laissé tranquilles. J'ai grandi en campagne, avec de très nombreuses libertés. Lors de mon adolescence, c'est pareil, beaucoup de liberté sur les sorties, mes consommations, etc. Étant plutôt bon élève, je sais aujourd'hui qu'ils n'étaient pas dupes, mais qu'ils me faisaient confiance. Chapeau bas à eux, je ne sais pas si j'en serai capable quand ça sera mon tour... Mes parents sont des gens bien. J'admire leur capacité à toujours aussi bien s'entendre aujourd'hui, même si dans la vie, tout peut toujours changer dès demain... J'ai un petit frère qui est un mec super et quand je le regarde, je ne peux m'empêcher de me dire qu'ils ont quand même fait du bon boulot avec lui, et quant à moi, je suis satisfait de ce que j'ai fait de ce qu'ils ont fait de moi. Aujourd'hui, on s'entend super bien tous les quatre.

Je le dis pour bosser quotidiennement avec cette question dans mon boulot, mais y'a pas à chier : une famille stable, aimante, ouverte, ça vous change une trajectoire de vie !

Spirite,
avatar
stephskywalker
Petit Sage
Petit Sage
Messages : 260
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 48
Localisation : Val d'oise

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 22:33
Bien Hérodote, voici un sujet qui m'inquiète par le fait de se dévoiler et en fait un exutoire.

Moi mes parents, bah ce que j'en pensais étant petit c'est un peu ça justement "Bah".

Un père qui s'est marié pour partir du nid maternel mais qui avait besoin d'une maman à la maison qui s'occupe de tout et qui le laisse faire ce qu'il voulait étant celui qui ramenait "la paie". Une mère au foyer qui s'occupait de tout et de tous, ayant eue une enfance malheureuse et souvent battue. Mais comble de tout elle à copié cela sur nous trois. Élevés à l'ancienne avec privations et punitions à gogo, surtout dès le départ de mon père pour le travail. Puis l'accident de trop !!!! Mon jeune frère de 4 ans se fait renverser par une voiture à la sortie de la résidence OPHLM en s'échappant de la main de mon frère cadet âgé de 7 ans. En découla le décès de mon jeune frère. Je n'était pas à leur coté à ce moment là, même si je n'en était pas loin. C'est moi qui suis allé annoncer l'accident à ma mère qui était en train de cuisiner au 3eme étage de l'immeuble à 100m du lieu fatidique.

Comment se fait-il que nous puissions etre si loin, seul sans surveillance à l'age que nous avions ???

Mais le pire de tout cela, après la perte de mon jeune frère à été la vengeance de ma mère sur mon autre frère dit "responsable" de cela et moi même et les conséquences éducatives qui ont suivies. Nous étions régulièrement battus, maltraités physiquement, moralement, rabaissés et accusés insidieusement des faits. Mon père est devenu de plus en plus absent de la maison tant dans son rôle de père que dans sa présence physique. le club de foot et ses troisièmes mi-temps qui le faisait rentrer éméché et tard le dimanche  Laissant donc plus de place à ma mère pour s'adonner à notre "éducation".

Tout cela à changé lors de notre déménagement à mes 13 ans (j'en avais 9 au décès de mon frère). Je pouvais faire tout ce qui me plaisait et rentrer presque à pas d'heure. J'aurai pu mal finir car j'allais à l'école à Paris et pouvais y aller quand je le souhaitais. J'ai finalement choisi le sport et m'y suis mis à fond. J'ai travaillé rapidement faute d'une scolarisation réussie par un dégout des études occasionnées par des devoirs et punitions à ne plus en finir pour toutes les raisons du monde. J'ai du prendre rapidement un logement ( à 20 ans) et me mettre en ménage avec ma copine encore scolarisée, car ma mère m'imposait de lui verser intégralement mon salaire et me reversait de l'argent de poche en compensation. J'ai vu ma mère très peu à partir de là et puis depuis cela fait 17 ans que je ne l'ai plus revue depuis qu'elle a tentée de m'assigner en justice pour m'imposer de voir mes enfants à la naissance de mon second fils (qu'elle pouvait voir à son gré).

Mon père est resté le même depuis tout ce temps, égal à lui même vivant sa vie de célibataire quand il vivait avec nous ou après avoir divorcé de ma mère à mes 20 ans. Mon frère à toujours été accusé de cet accident et malgré quelques troubles de la personnalité dus à cela, il s'est expatrié en Angleterre depuis 20 ans maintenant le mettant loin de tout cela... Enfin sauf ce qui est gravé dans le marbre (double signification).

Alors voyez-vous ce que je peux penser de mes parents et de ma mère en particulier.
Je ne peux leur pardonner, même si je peux comprendre que psychologiquement cela à été dur pour ma mère de perdre un enfant par manquement de surveillance, mais nous en avoir voulu à ce point en nous martyrisant est inadmissible.
Nous perdions un frère si jeune. Notre douleur fut double.

Merci Herodote de ce sujet, finalement, de l'avoir dit me soulage.

Es-ce pour cela peut-être que j'ai réorienté ma vie professionnelle dans le médico-social et décidé de rentrer en maçonnerie pour travailler sur moi même, certainement. J'ai du reprendre mes études et continu encore au niveau pro et suis devenu un cherchant en FM.

Mais cela à laissé des traces, j'ai élevé mes deux premiers enfants assez durement et j'ai finalement divorcé au bout de 20 ans.
J'ai changé de profession. Repris les études.
J'ai refais ma vie eu un autre enfant et suis rentré en FM. Cela m'a bien aidé à travailler sur moi et réfléchir à ma vie passée et futur.
J’essaie d'éduquer et accompagner mon troisième fils du mieux que je le peux, avec tout l'amour qui m'a manqué et que je n'ai su donner à mes autres enfants.

Merci de surtout ne pas me plaindre ce n'est pas du tout le but. J’alimente le sujet et exulte ma douleur par ce post.
Mandala
Petit Sage
Petit Sage
Messages : 271
Date d'inscription : 27/12/2012
Age : 70
Localisation : L'hay les roses

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 22:53
Je vous remercie tous de votre confiance, surtout stephswalker qui m'a beaucoup ému. Je n'ai pas votre courage pour me dévoiler ainsi mais je vous félicite très sincèrement . Même si la formule est bébête je le pense.
avatar
Herodote
Grand Initié
Grand Initié
Messages : 2960
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 91
Localisation : Pontault-Combault
http://www.deltalemerle.com

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 23:02
Stephskywalker .Si ce Forum n'avait que le but de permettre de soulager un trop lourd poids pour chacun des participants, ce serait quand même çà de gagné. Non, je ne vous plaindrai pas. Cher Ami. Je pense que ce n'est point ici un choeur de pleureuses.
J'ai remarqué qu'on file toujours vers l'institution judiciaire au bout  de la peine. C'est ainsi que gagnent leur argent les avocats civilistes. Vous en avez fait l'expérience. Merci de vos...remerciements !  Si vous pouvez faire un retour en arrière vis-à-vis de vos deux premiers enfants, ce serait bien. Vous avez surement des réserves d'Amour à déverser? Que le numéro trois ne soit pas le seul à en profiter même s'ils ne peuvent bénéficier que du reflet. Sans le priver, le petit, de toute votre tendresse. Comme le rappelait si bien l'ami qui, sur ce sujet, disait que l'Amour ne se divise pas s quand on le partage, mais il se multiplie, paraphrasant mon image de la mise en "jauge" de plants à repiquer plus  tard. Peut-être le moment est-il venu de "repiquer" les plants de tendresse qui iraient bien à vos deux premiers. Vous le savez mieux que moi. Merci pour votre importante contribution. Merci.
avatar
Herodote
Grand Initié
Grand Initié
Messages : 2960
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 91
Localisation : Pontault-Combault
http://www.deltalemerle.com

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 23:12
Et merci à "bleu" pour sa discrète contribution en forme de louange. Il est vrai qu'il y a de quoi être ému, quand on voit tant de peines, toutes proches de nous, et que nous ne songeons pas à soulager,à essayer de soulager..
avatar
Tao
Sage Confirmé
Sage Confirmé
Messages : 980
Date d'inscription : 25/08/2012

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Dim 24 Nov - 23:35
Saluton al vi, Gefratoj !

Ben moi, si j'ai pu écrire mes 10 lignes, là, c'est parce que c'était facile au vu de mon histoire. Pas sûr que j'aurais pu intervenir sur ce fil s'il était véritablement "sérieux" pour moi...

Des histoires comme celles de Stephskywalker, ce sont celles avec lesquelles je travaille. C'est intéressant d'en lire une ici, alors que je ne suis pas en "mode boulot". Ça me donne un autre regard.

Spirite,
Invité
Invité

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Lun 25 Nov - 8:13
Quand je vois des récits comme ceux de stephskywalker, j'apprécie encore plus mon enfance. Quelles épreuves, ça n'a pas dû être simple de se construire !
avatar
Herodote
Grand Initié
Grand Initié
Messages : 2960
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 91
Localisation : Pontault-Combault
http://www.deltalemerle.com

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Lun 25 Nov - 18:54
Et si ça construisait... autrement ?
Le capital génétique auquel mon fils, Jean-Dominique, ne croit pas trop pourrait être détourné par les aléas de l'enfance. Ca n'est pas forcément plus mal. Prenez ce que je rabâche sans arrêt : le cas du petit Jean Racine, orphelin, sans amour (qui s'est bien rattrapé plus tard !), et qui ,dans une honnête famille bourgeoise de la Ferté-Milon, aurait végété comme un crouton derrière une malle, au lieu de fournir l'espèce humaine en tant de chefs d'oeuvre d'Amour qu'il n'avait pas lui même connu.
A moins qu'il n'y ait une réserve potentielle de Génie ou de Malfaisance en chacun de nous... ce qui est fort inquiètant. Qui déclencherait quoi ? Et à quel moment ? Et pourquoi ? Aucune réponse en vue en neurologie. Pensez-y en portant un jugement sur quiconque et notamment sur ceux qui vous sont les plus proches, vos parents.
avatar
stephskywalker
Petit Sage
Petit Sage
Messages : 260
Date d'inscription : 08/05/2012
Age : 48
Localisation : Val d'oise

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

le Lun 25 Nov - 19:10
Merci de toutes vos remarques.
Certes il m'a fallu du courage et beaucoup de temps pour en arriver là, mais c'est ainsi que je m’aperçois du chemin parcouru.
Pour mes deux autres enfants l'amour était intense et j'aurai tout fait pour eux mais la vie en décide autrement. Un divorce qui se passe mal et ...
Voila, je m’arrête là. Je pourrai aller sur un tome II et III.

Le tout est de ne pas sombrer et de voir la lumière, enfin un scintillement, une lueur d'espoir.

Encore merci de vos commentaires.
Contenu sponsorisé

Re: Que pensez-vous de vos parents, étant enfant

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum